Connect with us

Hi, what are you looking for?

Politique

André Afanou condamne la promotion de l’impunité par l’Etat togolais

Le Président national de « Réseau Sentinelle » ne voit aucun effort des autorités togolaises à mettre fin à l’impunité dans le pays. Faisant l’état des lieux de la situation des droits de l’homme au Togo à la suite d’une formation des défenseurs des droits de l’homme sur la sécurité informatique et numérique, tenue du 17 au 20 mai à Lomé  André Kangni Afanou affirme que l’Etat togolais est plutôt en train de faire la promotion de l’impunité.

« Nous ne sentons pas jusqu’ à présent une volonté manifeste du pouvoir de mettre fin à l’impunité au Togo » s’est plaint M. Afanou.

Selon lui, au Togo, beaucoup de gens qui commettent des crimes graves allant jusqu’ à bafouer les droits de leurs prochains sont souvent restés impunis. Ces personnes, habituellement ne souffrent d’aucun malaise lié à leurs actes sans vergogne mais plutôt sont pour la plupart des temps promus à de  hauts postes de responsabilité.

Le Directeur exécutif du CACIT, fonde son argumentation sur les avènements de 2005 où il cite en exemple des citoyens qui ont commis de graves crimes qui de nos jours sont libres comme de l’air.

De même il n’est pas toujours fier que les autorités de l’administration pénitentiaire entretiennent une mauvaise condition d’incarcération autour des prisonniers. Le fait qu’il  dénonce le plus est l’accouchement  des femmes en prison.

« Si réellement il n’y  avait pas  de l’impunité chez nous, les gens n’allaient pas laisser des femmes avec leurs nouveaux nés de 3 ou 6 mois en prison comme ce que j’ai encore constaté il y a de cela trois semaines quand j’avais fait un tour à une maison d’arrêt » a-t-il ajouté.

Le président national de Réseau Sentinelle ne peint pas cependant en noir tout le tableau  des droits de l’homme au Togo. Il reconnaît que sur plusieurs points des avancées significatives sont faites.

« Hormis l’impunité qui est toujours de mise, nous avons quand même aujourd’hui la liberté d’expression et la liberté d’association, pour ne citer que ceux-là » a nuancé André Afanou.

Se réjouissant aussi du fait que l’Etat leur accorde de nos jours une attention particulière sur les sujets qui les concernent, il  recommande vivement à celui-ci  que les questions liées à l’impunité soient également prises au sérieux pour que les droits de l’homme soient effectifs au Togo.

Le Réseau Sentinelle est un regroupement des défenseurs des droits de l’homme. Sur toute l’étendue du territoire togolais. Il a pour but de renforcer la sécurité et le professionnalisme des défenseurs des droits de l’homme dans le pays.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance

Advertisement
Vaccination

Facebook

Toujours dans l'actu !

Société

Les graves accusations portées par Kao Atcholi, président de l’ASVITTO contre le Collectif des Associations Contre l’Impunité du Togo (CACIT) et contre la personne...

Société

Tout comme certains pays de la sous-région, le Togo aura très bientôt son site permettant aux citoyens et à la diaspora de donner leur...

Politique

André Kangni Afanou a foi que l’atelier national du Haut-Commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale qui a lieu du 11...

Copyright © 2021 Jireh&TBN Sarl-U | (228) 91938634 | Récépissé n°0021/HAAC/12-2020/Pl/P